Lauréate de la Bourse

Promotion 2017 - 2018.

Marie DE GAIL
En stage à la Tannerie Haas
"Amélioration de la qualité des cuirs de veaux"

La filière cuir de veau compte de nombreux acteurs : certains dont la peau est la matière première et d’autres pour laquelle elle est un co, voire sous-produit de l’animal ou de la viande. Le cuir de veau est pourtant majoritairement destiné aux débouchés haut de gamme, car est particulièrement apprécié pour la finesse de son grain. Les fortes exigences des industries d’aval impactent directement le reste de la filière. Or, on assiste depuis une dizaine d’années à la dégradation générale de la qualité des cuirs. Celle-ci s’explique notamment par la multiplication de défauts engendrés sur les peaux en amont des tanneries. Ce sont en effet les conditions d’élevage, de transport et d’abattage qui sont responsables, dans la très grande majorité des cas, du déclassement des cuirs. La maitrise de la qualité des peaux brutes de veaux est donc essentielle, mais complexe à mettre en œuvre :

  • Pas de systèmes de traçabilité du cuir jusqu’à l’élevage.
  • Présence de nombreux intermédiaires entre le tanneur et la filière amont : les négociants, abattoirs, intégrateurs, éleveurs, etc.
  • Pas de rémunération de l’éleveur à proprement parler pour le cuir du fait de son appartenance au cinquième quartier, et donc peu d’intérêts pour les éleveurs de modifier leurs pratiques d’élevage.

L’amélioration de la qualité du cuir de veau nécessite donc de remonter l’ensemble de la filière et de travailler à chaque maillon. Dans ce contexte, le stage avait donc pour but l’analyse fine des leviers d’amélioration de la qualité des cuirs de veaux au sein de la filière amont. Il a débuté par une période d’immersion de trois semaines en tannerie, afin d’appréhender les problématiques et enjeux de la qualité des cuirs de l’aval de la filière. Une démarche concrète d’amélioration de la qualité a ensuite été mise en œuvre avec plusieurs abattoirs, par la réalisation d’un guide technique des bonnes pratiques de traitements des cuirs. Enfin, un diagnostic des initiatives d’amélioration entreprises au stade de l’élevage a été effectué dans un des principaux bassins de production de veaux français. De manière générale, le stage a permis de souligner et confirmer la volonté de la filière amont de travailler sur la qualité des cuirs de veaux.

L’accompagnement réalisé par les membres du jury de la bourse a été particulièrement précieux tout au long du stage. Les différentes restitutions m’ont en effet permis de formaliser et synthétiser mes travaux, ce qui m’a été très utile à l’heure de la rédaction du mémoire et de la préparation de la soutenance. Par ailleurs, les échanges qui en ont découlé ont toujours été riches et pertinents, et m’ont amené à pousser plus loin mon analyse. Enfin, le fait d’avoir été sélectionnée pour la bourse a été particulièrement appréciée par les entreprises pour lesquelles le stage a été réalisé.